Thaumatropes et phénakistiscopes

Thaumatropes

Le thaumatrope est un petit disque avec un dessin (ou une image) différent sur chaque face. En faisant tourner rapidement le disque, les 2 dessins se superposent.

Le principe de cet objet s’appuie sur le phénomène de persistance rétinienne. La découverte de ce phénomène ainsi que les expérimentations sur les propriétés de l’œil ont donné naissance à de nombreux jeux optiques qui reproduisent le mouvement et sont à l’origine du dessin animé et de l’invention du cinéma.

Phénakistiscopes

Si le thaumatrope repose sur une illusion d’optique créant une image virtuelle à partir de deux images fixes, le phénakistiscope permet d’expérimenter véritablement l’animation des images. Il permet, à partir d’une suite d’images fixes légèrement différentes les unes des autres, de mettre en mouvement une scène complète.

Animes-de-Phenakistiscope-08

C’est entre 1829 et 1833 que Joseph Plateau invente un jouet qu’il appelle « le phénakistiscope ».
      

Il s’agit de deux disques en cartons :
– sur l’un sont dessinées les différentes phases d’un même mouvement,
– sur l’autre des fentes sur fond noir sont réparties de façon aussi régulière que les images.
En tournant les deux disques placés sur un même axe et en regardant par les petites fenêtres, on a l’impression de voir le mouvement se faire et se répéter.

Il existe un second type de phénakistiscope, plus répandu. Il s’agit d’un seul disque sur lequel se trouve un mouvement décomposé en une série d’images fixes. La face arrière est peinte en noire. Le disque est pourvu d’une poignée en son centre et d’encoches sur son contour. C’est en le faisant tourner devant un miroir, face noire devant les yeux, et en regardant fixement à travers ses fentes, que les images s’animent.

Il faut en fait distinguer les images les unes des autres pour percevoir le mouvement. En créant du noir entre chaque image, on les sépare. L’interstice entre les fentes permet l’obturation et évite que les images ne se confondent dans le miroir. Le dos du disque où l’on regarde doit être peint en noir, de façon à ne regarder que le dessin à travers les fentes, et non le disque.

Extrait d’article provenant du site UPOPI, université populaire des images, à visiter absolument!

mastulues

mastulues

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s